Article

Retourner
Éric Bondo | 2016-01-05

Spoiler Alert!

18602

Ce texte ne contient presque pas de spoilers

Écrire un texte qui parle d'autre chose que de ce qu'on a vécu, c'est devenu, ma foi, un exercice foutrement compliqué. 2015 ma semblé être l'année de l'anti-shaming. On dirait qu'il faut faire attention à toutes les petites névroses de tout le monde lorsqu'on a envie d'exprimer un avis sur quelque choses. Pourtant, il n'y a pas si longtemps, l'expression disait : «Si tu vaux pas une joke tu vaus pas grand' chose». Le comité de censure moderne est composé de la somme des âmes errant sur les réseaux sociaux et leurs blessures ou obsessions individuelles.

 

Dans un tel contexte, que certaines personnes avaient prédit comme une ère de partage sans fin et sans limite, la censure populaire fait de plus en plus loi. Je ne suis pas humoriste mais je trouverais ça pas mal plate de devoir constamment marcher sur un champ de mines pour éviter de blesser quelqu'un au delà de sa capacité d'autodérision. Éventuellement, au rythme où vont les poursuites et les condamnations de paroles ou d'écrits déplacés (heureusement ce rythme n'est pas trop rapide), d'ici peu, on ne pourra rire que des vidéos de chats ou de gens qui se cassent la gueule.

 

Puisqu'on est dans la névrose, y a quelque chose qui commence à sérieusement m'énerver. Et j'ai nommé : la spoilophobie.

 

Le ou la spoilophobe se reconnaît par son attitude belliqueuse à l'endroit de toute personne qui émet tout commentaire, hypothèse, ou révélation en lien avec un film ou un épisode d'une série-télé. La spoilophobie a plusieurs degrés, allant de skipper les previews sur le Blue-Ray à des menaces de mort pour un statut Facebook, en passant par le casque-niqab qui coupe le son et l'image durant les dix minutes qui précèdent le début d'un film au cinéma.

 

Dans le but d'atténuer les souffrance du ou de la spoilophobe, on voit de plus en plus de titres d'articles contenant des avertissements en grosses lettres rouges, servant à leur éviter d'atroces souffrances et peut-être même la mort.

Des avertissements, bordel.

 

Tsé, un bon film, c'est un film dont t'as envie de parler avec d'autres. De partager ton expérience avant de l'oublier. Mais non, on en est rendu au point où, comme il y a toujours un spoilophobe retardataire dans les parages, échanger sur un film ou le dernier épisode de machin-machin devient un exercice de dissimulation digne de la nuit des longs coûteaux. On ne peut même pas dire si c'était bon ou non, pour ne pas créer d'attentes.

 

Étant donné que j'aime revoir encore et encore les films que j'aime, j'ai bien l'impression que c'est pas tant les surprises de l'histoire qui me font vibrer mais l'histoire en soit, et la façon dont elle est amenée à l'écran, les plans, les acteurs, les voix, les sons, la musique. Parce qu'entre nous, à part Game of Thrones qui a mis de l'avant le trip de buter les personnages auxquels on aime s'attacher, l'ensemble de l'oeuvre mainstream est assez prévisible merci, qu'on ait vu ou non une bande-annonce.

 

 Les spoilophobes s'en foutent. Je sais pas comment ils ont fait pour éviter toute allusion à Star Wars VII alors qu'on est bombardés de toute part depuis presque un an, sinon plus. Dans ma vie, je regarde encore les previews; j'aime ça, je trouve encore que c'est un bon avant-goût pour décider si je vais engloutir quarante piasses, pop-corn et boisson compris, dans un deux heures de divertissement. Et non ça ne me dérange pas quand un trailer en dit trop, je vais probablement savoir comment ça finit longtemps avant la fin du film. C'est Hollywood après tout, et y a longtemps que ce n'est plus le royaume de la surprise cinématographique.

 

Je dis pas que je ne comprends pas, je dis simplement que la spoilophobie est injuste envers cette tradition d'échange post-spectacle qui date probablement du théâtre de l'Antiquité, surtout que maintenant on peut en parler avec plus de personnes via les réseaux sociaux. Vivement un filtre sur les murs Facebook : t'as pas vu tel film, tu le rentres dans le filtre et tu verras pas passer les statuts et les articles qui en parlent. Tout le monde aura la paix.


Et si toi, le spoilophobe, tu croises des gens qui parlent du film ou de l'épisode, passe ton chemin et reviens plus tard. Cela évitera à tout le monde d'être déchirés entre détruire ton univers quand même et te rejeter à mots couverts.

En attendant, pour te piquer un peu, j'ai vu le dernier Star Wars, et moi, fan fini de presque tout l'univers de Lucas, j'ai aimé la forme (c'est beau et ça pète de partout) mais le fond m'a laissé sur ma faim. C'est moins du recyclage, que de l'auto-plagiat. Avec tout ce budget là, soit ils voulaient faire un reset de l'univers pour la nouvelle génération, soit ils nous prennent pour des imbéciles capables de manger sans cesse des vieilles pointes de pizza réchauffées. Ce qui est peut-être un peu vrai. Raison de plus pour ne pas se faire du sang de cochon à l'idée de voir un trente secondes du film avant sa sortie.

 

Oops. Spoiler alert, en retard.